Commander le livre manifeste Time for the Planet Je commande arrow_forward Je commande le livre arrow_forward

"Time for the Planet : s'investir pour le climat en pariant sur l'entreprise"

Publié le 28 avril 2021

Partager

Cet article a été publié dans Paris Match le 12/11/2020.

Pour lire l'article en entier, c'est par ici.

------

Extrait

Une iceberg en Arctique.
Une iceberg en Arctique.CATERS/SIPA


L'objectif de ce "fonds d'investissement à but non lucratif" est de lever à terme 1 milliard d'euros pour créer 100 entreprises développant chacune une innovation qui participerait à la décarbonation de l'économie.

Investir un euro pour financer les innovations de demain au service de la planète: près de 5.000 citoyens se sont lancés dans l'aventure "Time for the Planet", espérant encourager la lutte contre le réchauffement depuis l'intérieur du système économique. Depuis un rapport fracassant des experts climat de l'ONU (Giec) en 2018 alertant sur le peu de temps qu'il reste pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, le monde a vu naitre et grossir la mobilisation des jeunes pour le climat ou des mouvements de désobéissance civile comme Extinction Rebellion.

Time for the Planet se veut "complémentaire", explique à l'AFP Denis Galha Garcia, un des six co-fondateurs. Mais sur un autre créneau, l'entrepreneuriat. L'objectif de ce "fonds d'investissement à but non lucratif" est de lever à terme 1 milliard d'euros pour créer 100 entreprises développant chacune une innovation qui participerait à la décarbonation de l'économie, des transports propres à une agriculture sans engrais azotés, en passant par la séquestration du carbone. "On n'a pas le temps de changer le système économique. Alors on le prend tel qu'il est, pas parfait", plaide Denis Galha Garcia. "On joue avec le système sans le détruire, pour l'orienter vers une fin qui nous semble plus saine".

Une alternative aux ONG climat

Ce discours qui ne prône ni la décroissance ni un "retour au Moyen-Age" a séduit en quelques mois près de 5.000 actionnaires pour un total de près d'un million d'euros. Comme Philippe Depré, ingénieur en agriculture qui a investi 50 euros pour l'instant: "Je suis plus dans la logique du +pour+ que dans la logique du +contre+. Etre contre, je ne suis pas sûr que ça ait jamais fait avancer l'Humanité". "Là, on se sent acteurs", poursuit le quadra qui ne se reconnait pas dans les ONG climat.

(...)

Pour lire la fin de cet article en ligne, c'est par ici.